Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 Le Maroc veut-il vraiment la réconciliation avec l’Algérie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Le Maroc veut-il vraiment la réconciliation avec l’Algérie ?   Ven 18 Fév - 11:43

Son ministre des affaires étrangères a lancé en direction d’Alger : “Oublions le passé”
http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=150944

Malgré l’échec des précédentes tentatives de renouer le contact avec Alger, le chef de la diplomatie marocaine est revenu à la charge mardi en lançant en direction des autorités algériennes “oublions le passé”, après avoir accusé l’Algérie et le Front Polisario de vouloir déstabiliser le Maroc en utilisant les manifestations qui secouent le monde arabe.

S’agit-il d’une volonté sincère de réconciliation ou d’une nouvelle manœuvre dans le but de gagner encore du temps sur le dossier du Sahara occidental, où Rabat redouterait de nouvelles tensions en ces temps de soulèvements populaires secouant le monde arabe ? La question mérite d’être posée, car avant d’appeler l’Algérie à oublier le passé, le chef de la diplomatie marocaine a affirmé que l’Algérie et le Front Polisario pourraient utiliser les soulèvements populaires qui secouent plusieurs pays du monde arabe pour attiser des troubles dans cette région disputée. “Les ennemis de l'intégrité de notre territoire vont probablement utiliser les manifestations dans le monde arabe pour mettre en avant leur programme”, a déclaré en substance le ministre marocain des Affaires étrangères, Taïeb Fassi-Fihri, à la télévision publique El Oula, avant d’ajouter que “le Polisario et l'Algérie cherchent à créer des troubles dans cette région”. Juste après, Fassi-Fihri change son fusil d’épaule et exhorte l'Algérie à tourner la page des querelles du passé et à se concentrer sur un renforcement de la coopération économique dans la région. “Oublions le passé”, a-t-il lancé en direction des responsables algériens. Cela étant, Rabat, qui redoute réellement des manifestations populaires, suite aux appels diffusés sur le réseau social Facebook à une manifestation pacifique géante dimanche prochain à Rabat pour des réformes politiques au Maroc et le rétablissement de “la dignité du peuple marocain”, a  annoncé mardi, par la voix de son Premier ministre, Abbas El-Fassi, une série de mesures pour atténuer une tension perceptible dans plusieurs secteurs socioéconomiques. Ce dernier a indiqué que 15 milliards de dirhams, soit 1,4 milliard d’euros, supplémentaires seront injectés à la caisse de compensation du Maroc pour pallier toute autre hausse de prix de produits de première nécessité. Ces nouveaux fonds s'ajouteront aux 17 milliards de DH prévus par la loi de finances 2011 déjà injectés dans la caisse. Dans le même registre, le chef du gouvernement marocain a souligné avoir informé les dirigeants de ces partis de la mobilisation du gouvernement pour satisfaire les doléances des diplômés chômeurs en matière d'emploi, notant qu’un effort sera déployé dans ce domaine pour dépasser ce qui a été réalisé lors des années 2008, 2009 et 2010. Pour rappel, environ un millier de diplômés chômeurs avaient manifesté jeudi soir dernier dans la capitale marocaine pour réclamer leur intégration immédiate dans la Fonction publique. Les diplômés chômeurs, actuellement au nombre de 2 100, manifestent régulièrement depuis plusieurs années à Rabat. Le taux de chômage au Maroc a atteints 9,1%, en 2010, selon le Haut-Commissariat au plan marocain (HCP). Celui des jeunes diplômés est de l'ordre de 18%, ajoute-t-on. Quant au dialogue social avec les centrales syndicales les plus représentatives, Abbas El-Fassi a indiqué qu’une commission ministérielle se penche actuellement sur les doléances des centrales syndicales avant la prochaine réunion avec ces syndicats pour apporter des solutions aux points inscrits à l'ordre du jour.       Depuis le début de février, des appels sont lancés quotidiennement par des jeunes sur Facebook pour des réformes politiques au Maroc, la démission du gouvernement, la dissolution du Parlement et le rétablissement de “la dignité du peuple marocain”.
En réponse à ces appels à des manifestations pacifiques, le porte-parole du gouvernement, ministre de la Communication, Khalid Naciri, avait indiqué que “les citoyens peuvent s'exprimer librement (...) tant que cela se déroule dans le plein respect des intérêts vitaux” du pays.

Le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole d'Afrique du Nord, a été annexé par le Maroc en 1975, déclenchant une rebellion menée par le Front Polisario. Un cessez-le-feu a été conclu en 1991 sous l'égide des Nations unies, mais aucun accord politique entre Rabat et les indépendantistes n'a été trouvé. Rabat propose l'autonomie au Sahara dans le cadre de la souveraineté marocaine. Le Polisario réclame un référendum avec comme option possible l'indépendance de la région.






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: RELATIONS ALGÉRO-MAROCAINES   Dim 27 Fév - 21:35

Le gouvernement marocain est favorable à la normalisation des relations avec l’Algérie et la réouverture des frontières», a indiqué Taïeb Fassi Fihri.

La sortie médiatique du chef de la diplomatie marocaine résonne en écho aux dernières déclarations de son homologue algérien. «Le Maroc est en faveur de la normalisation des relations avec l’Algérie et la réouverture des frontières», a affirmé le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération dans un entretien accordé à l’agence de presse portugaise Lusa, lors d’une visite de travail qu’il a effectuée mardi et mercredi derniers au Portugal.
Dans une interview, le 22 février 2011, à la chaine de télévision France 24, d’expression arabe, Mourad Medelci n’a pas caché que des efforts étaient actuellement consentis par l’Algérie et le Maroc et qu’ils s’inscrivaient dans le cadre de l’instauration d’un «nouveau climat positif» à même de favoriser la dynamisation des relations entre les deux pays. Le chef de la diplomatie algérienne a fait part de l’existence d’une «initiative de dynamisation des relations qui devrait donner lieu à une «avancée positive» pour l’activation et la consolidation des relations de coopération économique et sociale entre les deux pays». En quoi consiste cette action? Elle permettra à trois ministres d’effectuer, au mois de mars, des visites dans les deux pays pour examiner les moyens à même d’insuffler «une nouvelle dynamique» à la coopération bilatérale dans des domaines sensibles, notamment l’énergie et l’agriculture, a révélé le ministre algérien des Affaires étrangères. La question de la réouverture des frontières entre les deux pays, fermées depuis 1994, risque par contre de sérieusement buter sur le dossier du Sahara occidental. C’est un secret de polichinelle, les positions entre Alger et Rabat au sujet de ce conflit, qui oppose le Maroc et le Front Polisario depuis 1975, sont aux antipodes. Comment les deux pays comptent-ils surmonter cet écueil? «Grâce aux efforts de l’envoyé onusien au Sahara occidental, M.Christopher Ross, le Maroc et le Front Polisario devront entamer des négociations dont nous attendons beaucoup», a estimé le chef de la diplomatie algérienne qui a en outre qualifié la situation actuelle, de ce différend, d’«anormale entre frères et voisins». De son côté, le ministre marocain des Affaires étrangères a reconnu que la question du Sahara occidental divise les deux pays, tout en soulignant qu’«un Maghreb intégré est une nécessité stratégique et un impératif économique». Au sujet du Sahara occidental, le gouvernement marocain ne semble pas prêt à faire la moindre concession et pointe du doigt le Front Polisario et l’Algérie. «L’initiative marocaine d’autonomie constitue l’unique solution pour le règlement du conflit artificiel autour du Sahara marocain...» L’Algérie et le Polisario campent sur leurs positions rigides sans aucune volonté d’avancer vers un compromis» a souligné Taïeb Fassi Fihri dans une dépêche répercutée par l’agence officielle de presse marocaine MAP, datée du 25/02/2011. L’enjeu est cependant d’une extrême importance au moment où le Maghreb est en train de se remodeler avec la révolution de Jasmin en Tunisie et celle qui est sur le point de balayer Mouamar El Gueddafi en Libye. L’Algérie et le Maroc, qui présentent des garanties évidentes de stabilité, peuvent former les piliers sur lesquels se construira l’Union du Maghreb. «Nous entendons poursuivre les efforts de concertation et de coordination nécessaires pour approfondir nos relations bilatérales avec les Etats maghrébins frères», a déclaré, au mois de juillet 2010, Mohammed VI lors d’un discours prononcé pour la célébration du 11e anniversaire de son accession au trône. «Je tiens à réitérer ma volonté de raffermir les relations et la solidarité entre nos deux peuples frères sur la base de relations solides mises au seul service de leurs intérêts mutuels», a écrit, au mois de novembre 2010, le président de la République dans un message adressé au souverain chérifien à l’occasion de la célébration du 55e anniversaire de l’indépendance du Maroc. Rabat et Alger semblent décidées à mettre fin à leur brouille. Comme un fait du hasard, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a remis les pendules à l’heure. Dans un message au président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, il a réaffirmé le soutien de l’Algérie aux efforts de la communauté internationale pour une solution basée sur l’autodétermination du peuple sahraoui au moment où il célèbre le 35e anniversaire de la proclamation de la RASD. «Je saisis cette occasion pour vous réaffirmer l’attachement de l’Algérie à la stricte mise en oeuvre de la doctrine des Nations unies en matière de décolonisation», a indiqué le chef de l’Etat. «L’Algérie, en sa qualité de pays voisin aux deux parties au conflit, continuera...à encourager le dialogue entre le royaume du Maroc et le Front Polisario, sous l’égide de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, en vue de parvenir à une solution, fondée sur la légalité internationale, qui garantisse au peuple sahraoui l’exercice de son droit à l’autodétermination», a affirmé le chef de l’Etat.

Mohamed TOUATI
http://www.journalalgerie.net/journauxenfrancais/lexpression.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.forumotion.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Maroc, les frontières incertaines    Ven 22 Avr - 16:51


Maroc, les frontières incertaines